Soutien à la recherche

Dans le cadre de sa politique scientifique en recherche respiratoire,

L’association le Nouveau Souffle se propose de financer l’année 2020, des projets de recherche pour un budget global de 100 000 Mille euros.

Travaux post-doctoraux de recherche médicale

L’association « le nouveau souffle » lance un appel d'offres pour des travaux post-doctoraux de recherche médicale sous forme d'une bourse de thèse et / ou mobilité, en relation avec la pneumologie avec un montant maximum de 20 000 euros par projet.

Contactez nous

Vous avez une idée qui vous semble prometteuse ?

Travaillons ensemble pour faire avancer la recherche dans le domaine de la santé respiratoire.

Previous Next Play Pause

Titre

Evaluation de l’efficacité de l’azithromycine dans la prévention du syndrome de bronchiolite oblitérante au décours de l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques

Acronyme : ALLOZITHRO ; Clinical Trial : NCT01959100

Nom et prénom de l’investigateur-coordinateur

Anne BERGERONPr Anne BERGERON
Service de Pneumologie
Hôpital Saint Louis, Paris
Tel sec. +33 (0) 1 42 49 41 66 ou +33 (0) 1 42 49 96 18
Fax : +33 (0)1 42 49 93 95
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Promoteur

Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP- HP)
Direction de la Politique Médicale
Département de la Recherche Clinique et du Développement
 
Fadila Amerali
Chef de projet DRCD
DRCD - Hôpital Saint Louis
1, avenue Claude Vellefaux - 75010 Paris

Domaine de Recherche

Recherche en santé respiratoire ; Complication respiratoire du greffé de moelle

Structure responsable de la gestion de projet

URC du GH Saint Louis Lariboisière
Site Saint Louis
1, avenue Claude Vellefaux - 75010 Paris

Rationnel

La survenue d'un syndrome de bronchiolite oblitérante (SBO) après greffe allogénique de cellules souches hématopoïétiques (CSH) est considérée comme une réaction du greffon contre l’hôte pulmonaire chronique (graft versus host disease : GVHD), qui est associée à une mortalité et une morbidité importantes, altérant le pronostic de l’allogreffe de CSH. L'incidence du SBO varie de 6 à 26% chez les receveurs d’une allogreffe de CSH. Le SBO survenant après allogreffe de CSH est identifié comme une réaction allo-immune avec un seul facteur de risque clairement identifié: la GVH chronique extrathoracique. Peu de données sur la physiopathologie du SBO survenant après allogreffe de CSH sont disponibles. Une hypothèse est que la première étape menant au SBO serait une agression de l'épithélium des petites voies aériennes, peut être au moment du conditionnement de la greffe, suivie d’une réparation aberrante. D’autres facteurs comme des infections virales pourraient intervenir au décours de l’allogreffe de CSH dans la genèse du SBO. Le SBO est généralement diagnostiqué dans les 2 ans suivant la transplantation. Son diagnostic repose sur l'apparition d’un trouble ventilatoire obstructif sur des épreuves fonctionnelles respiratoires, dont la définition diffère entre les études. Il est probable que ces définitions reflètent un stade déjà avancé de la maladie et la considération de la cinétique du VEMS est probablement plus adaptée pour diagnostiquer un SBO à sa phase précoce.
Un SBO peut aussi survenir au décours d’une transplantation pulmonaire traduisant un rejet chronique du greffon. Ces deux SBO survenant dans deux contextes différents partagent de nombreuses similitudes cliniques et histopathologiques. De ce fait, les progrès faits dans l’une ou l’autre situation devraient aider à une meilleure compréhension globale du SBO. À l'heure actuelle, aucun traitement curatif du SBO n’est disponible, et des données récentes suggèrent que l'utilisation habituelle des corticostéroïdes, doit être limitée dans cette indication en raison de leur toxicité.

Hypothèse :

En raison de leurs propriétés anti-inflammatoires, immunomodulatrices et peut être de leur action sur le microbiome respiratoire, des données récentes suggèrent que les macrolides à faible dose pourraient être efficaces pour prévenir le SBO après une greffe de poumon. Ce traitement bien toléré pourrait être utile pour prévenir le SBO après allogreffe de CSH.

Originalité et Caractère Innovant

Le projet est original et innovant à plusieurs titres :
  • Très peu d’études randomisées sont effectuées dans le domaine de la GVH pulmonaire : seules 2 sont actuellement enregistrées évaluant un traitement curatif de la bronchiolite oblitérante : l’azithromycine (Lam, Bone Marrow Transplant, 2011) et le budésonide/Formotérol (Bergeron, article soumis).
  • 20 des 27 centres d’allogreffes de CSH adultes français participent à l’étude, ce qui témoigne de l’intérêt majeur porté à cette problématique.
  • Compte tenu du fait qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de marqueur pour prédire la survenue et la gravité du SBO dans le suivi des receveurs d’une allogreffe de CSH ni de traitement curatif, une approche prophylactique qui n’avait jamais été envisagée jusque-là est particulièrement novatrice.
  • Le schéma de l’étude doit permettre de répondre à la question posée.
  • Très peu d’équipes de pneumologues sont impliquées dans cette thématique de recherche. La vision pneumologique doit permettre une approche optimale.

Objet de la Recherche

Principaux critères d’inclusion :
Tous les patients consécutifs devant recevoir une allogreffe de CSH dans les centres participant à l’étude et qui remplissent les critères d’inclusion suivant :
  • > 16 ans
  • Indication de l’allogreffe de CSH pour une hémopathie maligne
  • Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) pré-greffe
  • Ayant signé un consentement éclairé
Principaux critères d’exclusion :
  • Allergie ou intolérance à l’azithromycine, aux macrolides, ketolide ou leur Excipient
  • Patients allergiques à la pénicilline et qui recevront une prophylaxie par macrolides (érythromycine, clarithromycine, roxithromycine, troléandomycine, azithromycine ou ketolide (télithromycine)
  • Intervalle QT (QTc) prolongé (>450 msec)
  • Prise de médicaments au long cours susceptibles d’allonger l’intervalle QTc
  • Antécédent familial de QTc long
  • Antécédent d’insuffisance cardiaque congestive
  • Prise de colchicine
  • Prise d’ergotamine ou de dyhydroergotamine en raison du risque d’ergotisme
  • Insuffisance hépatique sévère
  • Antécédent d’infection à mycobactérie atypique

Bénéfices attendus pour le patient et/ou pour la santé publique

Quel que soit le résultat, compte tenu du design de l’étude, il aura été possible de démontrer si l’azithromycine permet de prévenir le déclin du VEMS des patients receveurs d’une allogreffe de CSH. Ceci aura un impact direct sur la prise en charge de ces patients.

Mots Clés

Trouble ventilatoire obstructif ; bronchiolite oblitérante ; allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ; réaction du greffon contre l’hôte pulmonaire

Bibliographie

  1. Barker AF, Bergeron A, Rom WN, Hertz MI. Obliterative bronchiolitis. N Engl J Med. 2014 May 8;370(19):1820-8.
  2. Bergeron A, Godet C, Chevret S, Lorillon G, Peffault de Latour R, de Revel T, Robin M, Ribaud P, Socié G, Tazi A. Bronchiolitis obliterans syndrome after allogeneic hematopoietic SCT: phenotypes and prognosis. Bone Marrow Transplant. 2013 Jun;48(6):819-24
  3. Chien JW, Martin PJ, Gooley TA, et al. Airflow obstruction after myeloablative allogeneic hematopoietic stem cell transplantation. Am J Respir Crit Care Med. 2003;168:208-214.
  4. Vos R, Vanaudenaerde BM, Verleden SE, et al. A randomised controlled trial of azithromycin to prevent chronic rejection after lung transplantation. Eur Respir J. 2011;37:164-172.
  5. Karine Chagnon, Frédéric Schlemmer, Véronique Meignin, Anne Bergeron. Pulmonary manifestations of haematological malignancies. Focus on pulmonary chronic graft versus host disease. 2014 ; Orphan Lung Diseases. Teresa Dudley, Associate Editor, Springer Clinical Medicine